Douglas Greed 'Driven' (BPitch Control) | DJMAG France - Suisse - Belgique
Douglas Greed 'Driven' (BPitch Control)

Douglas Greed 'Driven' (BPitch Control)

L'avis de la rédaction

L'Allemand nous avait déjà impressionné sur ses précédents albums sortis sur Freude Am Tanzen, notamment... Il récidive ici sur le label d'Ellen Allien, qui peut se frotter les mains d'avoir recruté un tel génie.

Que ce soit en technique pure de production ou en terme de créativité, Douglas Greed est un vrai exemple à suivre. Il oscille toujours entre downtempo, électronica ('Distance Swimmer' avec la voix frêle d'Anna Mueller) et envolées plus dancefloor. Accompagné de Mooryc, il sait nous faire vibrer avec ses lignes mélancoliques ('Driven') qui tiennent en haleine, comme peut le faire un Trentemoller.

Mais on retrouve également des parenthèses bien plus gaies (l'étonnant post-disco 'Summerless') et déstructurées ('Fire' co-produit avec Daniel Brandt). Du grand art ! Quand la voix de Delhia de France retentit, sur 'My Mind is A Monkey', on plonge dans la marque de fabrique du producteur allemand. Une basse bien deep, qui roule des mécaniques, des petits bleeps et une construction subtile, qui superpose les ingrédients avec une intelligence notable. On est hypnotisés, charmés par la sensualité de la voix, qui contraste avec la couleur plutôt sombre du morceau.

Douglas Greed joue sur les intensités et n'oublie jamais ses racines Detroit, à l'image de 'This Time' où il joue avec la voix de Kuss pour dresser un tableau deep-techno non sans rappeler Audion. En 11 titres, on se déconnecte et on perd la notion du temps. Douglas Greed parvient une fois de plus à prendre le contrôle de nos sens en éveil. 

Commentaires

Partager

Publicité