Interview : Audien | DJMAG France - Suisse - Belgique

Rencontre avec Audien, jeune DJ-producteur américain de 22 ans promis à un avenir radieux au sein de la scène EDM internationale...

A seulement 22 ans, Audien incarne la nouvelle génération EDM américaine. Depuis 2 ans, ce véritable geek de studio a réussi à capter l'attention de plusieurs labels, dont Armada, dirigé par l'une de ses premières inspirations, Armin van Buuren. Fan de Progressive-house mélodique, le DJ-producteur américain a déjà plusieurs succès à son actif. 'Serotonin', feat. Matthew Koma l'a révélé avec brio auprès des nombreux fans du label Spinnin, tout comme son remix pour Bastille 'Pompeii' a atterri dans les playlistes de nombreuses pointures du deejaying, devenant même l'un des sons les plus joués de l'EDC Las Vegas. Sur une dynamique très prometteuse, Audien est maintenant reconnu et sollicité pour de gros projets, dont les remixes posthumes pour le king of pop Michael Jackson... Itinéraire d'un petit prodige, que nous avons eu l'occasion de rencontrer lors du premier rendez-vous de sa tournée européenne, au SummerFestival, le 29 Juin dernier à Anvers, Belgique...

Etant musicien de formation, qu'est-ce qui t'a donné envie de te tourner vers l'électronique ? 

Déjà, j'ai toujours écouté de la musique électronique et j''ai donc toujours voulu en faire. Plus jeune, j'étais même curieux de savoir comment en produire, comment fabriquer ces différentes sonorités que j'avais l'habitude d'écouter mais qui n'étaient pas générées par des instruments. Je n'étais pas sûr de savoir comment faire au départ mais je suis là maintenant... 

Y a-t-il quelqu'un en particulier qui t'a inspiré ?

Je suis quelqu'un de très ouvert musicalement. Au début, j'étais très inspiré par Armin van Buuren, puis j'ai beaucoup écouté Axwell par la suite. Je crois que je me situe donc entre ces deux artistes-là, tout en cherchant à créer ma propre identité musicale bien sûr. 

Ne penses-tu pas que la scène EDM est devenue plus "bruyante" que musicale ? 

Non, il y a de la place pour tout le monde et chaque artiste ajoute sa pierre à l'édifice. L'EDM est devenue une grosse machine, c'est sûr. Du coup, ceux qui arrivent à être créatifs sont une minorité. Plus tu rentres tard dans cette "machine", plus c'est dur d'innover car tu as le sentiment, de toute manière, que tout a déjà été fait avant toi. 

 J'ai toujours écouté de la musique électronique...

En tant qu'Américain, quel regard as-tu sur le clubbing en Europe ? 

Je vais justement profiter de ma première tournée européenne pour me faire mon opinion. Je suis là pendant 4 semaines et je vais avoir l'occasion de découvrir des festivals comme le SummerFestival, le Tomorrowland et Dance Valley, mais aussi la Suisse, le Ministry of Sound et les clubs d'Ibiza...

Et qu'en est-il du clubbing dans ton pays, qui est désormais incontournable pour beaucoup de DJ's ? 

C'est vrai que la Dance Music est très populaire aux Etats-Unis. Je crois même que c'est le genre musical le plus apprécié maintenant. C'est devenu aussi important que la Pop. Du coup, c'est vraiment très bon de se produire en soirée car le public est super réactif. Tout ce dont rêve un DJ, n'est-ce pas ? Moi en tout cas, je suis fier d'appartenir à la scène américaine. 

Vous êtes plusieurs à incarner cette nouvelle génération EDM américaine, avec Pierce Fulton et Porter Robinson, par exemple... Tu ressens une dynamique particulière ?

Oui, il y a beaucoup de très bons DJ-producteurs aux USA, même si on fait tous des choses relativement différentes. La tendance Progressive mélodique marche fort là-bas et je m'en réjouis. 

Malgré ça, tu as signé sur un label européen, Spinnin. C'est assez drôle, non ? 

Oui, je sais que Spinnin est très populaire en Hollande et en Europe, plus qu'aux Etats-Unis. Mais bon, je ne suis pas en exclu chez eux, je signe mes morceaux sur d'autres labels comme Armada, Anjunabeats... J'aime l'idée de pouvoir sortir ma musique sur plusieurs structures. 

Parle-nous un peu de 'Serotonin', que tu as co-produit avec Matthew Koma. Comment ça s'est passé avec lui ?

Je lui ai envoyé une démo qui s'appelait 'Machina' et il posé sa voix dessus. ça sonnait tellement bien que j'ai décidé de rouvrir le track et de le retravailler. C'est un mec vraiment adorable, je suis sûr qu'on collaborera à nouveau ensemble. 

Il a une voix assez typée, plutôt aigue, pas trop difficile à canaliser ?

C'est assez difficile à expliquer, il y a chez lui autant de hautes que de basses fréquences. Son timbre de voix est vraiment unique et je trouve ça merveilleux. 

Envisages-tu de sortir de plus en plus de titre vocaux ? 

Tout à fait, j'ai toujours adoré insérer des voix dans mes titres. J'ai sorti plusieurs titres instrumentaux, c'est sûr, mais je suis voué à privilégier les tracks chantés. J'ai d'ailleurs un nouveau single que j'ai hâte de partager avec le public. 

On m'a dit que tu étais plutôt du genre "studio geek", assez réservé. Du coup, comment abordes-tu tes DJ sets, notamment quand tu te retrouves sur les scènes de gros festivals comme aujourd'hui ? 

Je ne ressens pas de pression particulière. C'est vrai que je suis un boulimique de studio et que je peux passer des heures et des heures renfermé tout seul. Mais j'adore aussi mixer en public, ça me procure beaucoup de plaisir. Et puis vu que mes titres commencent à être de plus en plus connus, je ressens plus de réactivité au sein du public et ça me donne donc encore plus de confiance lorsque je suis aux platines.

Comment imagines-tu les prochains mois de ta vie de DJ-producteur, as-tu des rêves en particulier ? 

Je veux me concentrer sur ma musique, sortir encore plus de gros titres. En ce moment, c'est mon remix pour Bastille 'Pompeii' qui fait parler de moi. C'est assez surprenant car ce n'est qu'un remix et ça me surprend un peu que ce soit cette prod-là que les gens retiennent de moi en ce moment.

Des conseils pour les jeunes producteurs en devenir ?

Essayez d'être différent et apprenez tout par vous-même. Ne demandez pas d'aide, c'est mieux de s'approprier les logiciels et de savoir tout faire de manière autonome.

 

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires