Interview : Dombresky | DJMAG France - Suisse - Belgique

Rencontre avec le DJ et producteur français qui vient de sortir son nouveau single ‘Bubblin’.

Après une année 2021 rythmée par des sorties remarquées et une tournée nord-américaine qui l’aura amené à jouer dans quelques-uns des festivals et clubs les plus prestigieux des Etats-Unis (Lollapalooza, EDC Las Vegas, Echostage…), Dombresky a lancé son année 2022 avec ‘Bubblin’. Un single house dansant et festif à souhait qui résume parfaitement le style et l’énergie qu’insuffle le producteur français avec sa musique. Alors qu’il s’apprête déjà à repartir pour une nouvelle tournée américaine et qu’il est attendu du côté de Tomorrowland cet été, Dombresky a pris le temps de répondre à nos questions. L’occasion de revenir avec lui sur la conception de ‘Bubblin’ mais aussi d’évoquer sa vie américaine et ses nombreux projets à venir pour 2022.

Tu viens de sortir ton nouveau morceau 'Bubblin'. Quel a été le point de départ de ce titre ?

Le point de départ de ‘Bubblin’ c’est avant tout un vocal qui trainait dans mon disque dur depuis des années. Je voulais un titre dansant et groovy, j'ai fait une première démo assez aboutie que j’ai pu jouer live. Après l’avoir testé à Lollapalooza à Chicago, j’ai eu la validation du public. Je devais donc le finir et le sortir !

'Bubblin' est ta première sortie de 2022 après une année 2021 particulièrement chargée pour toi. Quel bilan fais-tu de cette année écoulée ?

Malgré la situation sanitaire complexe, les Etats-Unis ont été plus flexibles que certains pays. Habitant ici, j'ai eu la chance de pouvoir performer dans tout le pays - ce fut d'ailleurs une très bonne année pour moi en termes de show. J’ai aussi consacré une bonne partie de mon année à la création et j’ai réussi à sortir une dizaine de tracks et remixes. J’ai aussi profité de ce temps pour développer mon merchandising.

Tu le disais, tu as été très présent sur scène l’année dernière avec des passages par quelques-uns des plus grands festivals et clubs américains. Tu t'apprêtes d'ailleurs à repartir dans une nouvelle tournée nord-américaine dès le mois prochain. Comment tu expliques l'incroyable réception de ta musique aux États-Unis ?

J’habite aux Etats-Unis depuis 2017, ça fait donc cinq ans que je développe mes shows en Amérique du Nord. J’essaie de proposer quelque chose d'original en termes de musique et de show, ma culture house française a définitivement fait une différence. Ensuite j’essaye d'être entier et honnête dans tout ce que je fais, je pense que ça doit aider.

Est-ce que parfois tu n'as pas l'impression que ta musique est mieux comprise aux États-Unis qu'en France ?

Disons que l'énergie est différente aux Etats-Unis, les gens sont curieux et toujours en recherche de nouveaux talents. Il y a aussi beaucoup plus de festivals et événements, ce qui donne plus d'opportunités de se produire live. Ensuite, n'étant pas en France c'est plus compliqué de créer un échange direct, les neuf heures de décalage horaire ainsi que la différence de culture n’aident pas. En revanche, je n’ai pas du tout oublié la France, ça reste mon pays, et je pense bien y revenir et partager de nouvelles expériences avec le public français.

En seulement quelques années et quelques sorties remarquées tu t'es déjà fait une belle place dans le paysage électronique mondial. Comment tu gères ce nouveau statut ?

Mon statut ne change rien à ma personne, je n’ai jamais été dans un délire de superstar. La house est une musique d'échange de bonnes vibes et une musique fédératrice. J’ai toujours été dans une démarche de sincérité, que ce soit dans mon processus de création musicale, en show ou dans la vie perso. J’ai toujours beaucoup échangé avec mes fans, c’est pour cela que depuis quelques mois je fais des événements ouverts à un public plus large, comme des soirées pré-show, des soirées Disco Dom, etc.

Tu as déjà accompli beaucoup de choses avec ta carrière mais est-ce que tu as encore des objectifs que tu aimerais atteindre à plus ou moins long terme ?

Comme tu l’as mentionné précédemment, mon profil est développé surtout aux Etats-Unis aujourd'hui Je voudrais maintenant le développer en Europe et en Amérique du sud. Je prends toujours du temps pour développer mes projets, pour me lancer dans ces nouvelles régions, le processus sera long, mais j’ai hâte de commencer.

Pour le moment tu n'as sorti que des singles et des EPs. Est-ce que tu serais intéressé par l'idée de travailler sur un format plus long et sortir un jour un album ?

Ne jamais dire jamais ! Mais disons que je n'ai jamais été super enthousiaste à l'idée d'un album. L'industrie du disque a changé, la consommation d'un album n'est plus la même. Et pour un DJ faire un bel album demande beaucoup de travail et je commence à peine à travailler avec des vocalistes, disons qu'on verra (rires).

Tu as lancé en début d'année ton propre show radio Process Radio. Comment est venue cette envie et comment conçois-tu chaque épisode ?

J’ai toujours voulu faire un podcast et avoir une sorte de connexion récurrente avec mon audience. Comme je l’ai dit juste avant, j’essaie d'être très proche de mes fans et de trouver des façons d’interagir novatrices. Aussi, depuis toujours j'ai été un consommateur de nouvelles musiques, toujours à la recherche de nouvelles sonorités, de nouveaux artistes, etc. Je cherchais un moyen de partager cette nouvelle musique avec mon public et un show radio est parfait pour ça !

Maintenant que tu as lancé ton année 2022 avec 'Bubblin', à quoi peut-on s'attendre pour les prochains mois à venir ?

Je peux annoncer en exclu que j’ai un projet disco funk avec Yung Bea, qui devrait voir le jour au printemps. J’ai aussi d'autres collaborations avec mon pote Noizu, pas mal de singlse de ma part, ainsi que des nouvelles dates de tournée qui seront très vite annoncées… Et de plus en plus de soirées Disco Dom !

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires