Citadelle, sous l'aile de Martin Garrix | DJMAG France - Suisse - Belgique

Parmi les rares talents français à évoluer dans l’écurie de Martin Garrix (STMPD), les deux membres de Citadelle développent leur carrière en conservant une jolie part de mystère… On vous en dit plus !

 

Jeune duo français encore peu connu du grand public, Citadelle distille sa vibe Melodic House sur STMPD après avoir dépassé les 10 millions de streams sur ‘Alive’, leur premier single sorti en collaboration avec Martin Garrix himself…

Avant de lancer Citadelle, que faisiez-vous chacun de votre côté ?

Nous avions déjà un autre projet commun, DUNE, lancé en 2014 pendant nos études respectives. Cet alias, orienté plus chill/deep house, nous avait permis à l’époque de faire quelques dates et gagner en expérience, que ce soit en live ou en production. Avec Citadelle, on cherche aujourd’hui à repartir sur une base solide avec un nouvel univers et une sonorité plus marquée.

En tant que duo, comment vous répartissez-vous les tâches en studio ?

Nous définissons souvent quel type de morceau nous allons produire et dans quelle direction nous souhaitons aller en nous basant sur des débuts de projets ou des boucles sur lesquelles nous avons travaillé en amont. PE est plus expérimenté et assure la réalisation et la qualité du morceau. Nous effectuons des aller-retours à chaque étape en donnant des feedbacks, afin d’améliorer ou modifier des éléments : être à deux est très pratique pour toujours avoir une écoute objective et une oreille neuve afin de challenger la structure ou le mixage d’un morceau.

Comment avez-vous réussi à séduire Martin Garrix et son label STMPD la première fois ?

Le premier confinement a vraiment été un tournant pour nous, comme beaucoup de producteurs, c’était un peu le moment de repenser notre style et prendre un peu de recul. Nous venions de finir nos études et avions beaucoup de temps pour produire de la musique. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de participer à un concours de remixes lancé par le label STMPD. Nous avons donc créé rapidement notre propre version du titre ‘Fire & Rain’ par Loopers. Après avoir envoyé notre remix, nous n'avons pas eu de nouvelles pendant quelques semaines, puis nous avons reçu un message de l'équipe disant qu'ils étaient intéressés par notre version. Les idées étaient bonnes mais le morceau demandait encore du travail pour atteindre un bon rendu final, et répondre au standard de qualité du label. Nous avons finalement sorti le remix en juillet 2020 ! C’est en continuant d’envoyer de nouveaux morceaux et d'échanger qu’il est devenu clair pour le label et nous, de travailler ensemble sur le long terme.


« STMPD est vraiment un label qui se concentre sur la musique avant tout, peu importe le style… »


Vous semblez en effet vous développer comme l’une des priorités de ce label, tout en conservant votre style plus « Melodic ». À quoi peut-on s’attendre de votre part pour les mois à venir ?

2021 a été une année assez calme en actualité de notre côté, mais qui nous a permis de travailler et d'expérimenter sur beaucoup de nouveaux morceaux qui sortiront prochainement, en solo et avec d’autres artistes. Avec le contexte actuel, il est difficile de se projeter, comme tout le monde, mais on espère pouvoir aussi jouer en club ou festival, aller à la rencontre du public.

Ce label fait forcément rêver pas mal de jeunes producteurs. Est-ce que c'est compliqué de travailler avec eux au jour le jour ?

STMPD est vraiment un label qui se concentre sur la musique avant tout, peu importe le style, et on pense que c’est ce qui fait leur force. Cela donne envie forcément à beaucoup de jeunes producteurs, y compris nous, car cela permet de nous exprimer pleinement ! L’équipe cherche à nous accompagner dans notre développement et nous aide à définir notre projet sur le long terme, et pas seulement pour la sortie d’un single.

Votre dernier track ‘Through it all’ vient de sortir, pouvez-vous nous raconter un peu comment cette collab avec Drove a vu le jour ?

Notre collaboration avec le trio de producteurs néerlandais Drove s’est faite assez naturellement. Les projets Drove et Citadelle ont démarré à peu près en même temps début 2020 et nous avons rapidement commencé à échanger des idées pour une collaboration, car nos univers sont à la fois similaires et complémentaires. Après avoir créé l'instrumental, nous nous sommes finalement rencontrés dans les studios du label à Amsterdam pour enregistrer la voix et terminer les finitions.

Est-ce que la réussite d'un jeune duo électro français comme vous est forcément tournée vers l’étranger ?

A vrai dire, on ne s’est pas vraiment posé la question. La réussite d’un duo français n’est pas conditionnée par un succès à l’étranger, de nombreux exemples le prouvent. Nous avons des auditeurs dans le monde entier mais sommes attentifs à pouvoir nous développer en France également, sur scène ou à travers nos morceaux.

Allons-nous voir vos visages sur les prochaines photos ?

L’idée de cacher nos visages est plus d’ordre esthétique qu'une volonté de rester anonymes. Si vous venez nous voir en club ou en festival, vous pourrez nous apercevoir de plus près !

Articles en relation

Vidéos en relation

Artistes en relation

Commentaires