Entre musique électronique et musique de film, Douran vise toujours aussi juste | DJMAG France - Suisse - Belgique

Le producteur continue de teaser la sortie de son second EP avec le single ‘Inertia’ et son remix par Gui Boratto.

Second EP en vue pour Douran ! Après l’excellent ‘Race to Infinity’ qui a dépassé les 2,5 millions de streams, le producteur s’apprête à dévoiler ‘Avalanche’ le mois prochain. Un nouveau disque où l’artiste se permet de pousser encore plus loin son univers atypique, à la croisée de la musique électronique et de la musique de film. « J’ai vraiment imaginé cet EP comme les différentes musiques d’un film, avec une intensité et des émotions différentes selon les scènes » explique d’ailleurs Douran. Pour ce faire, il est venu allier ses synthétiseurs et boites à rythmes à des instruments bien plus organiques comme les tambours Taiko, la flûte Shakhuhachi ou les violons. En résulte une expérience intense et immersive, pensée pour être avant tout au service de l’émotion.

Douran nous avait déjà donné le ton de son ‘Avalanche’ en dévoilant le mois dernier le titre éponyme et son superbe remix signé par Joachim Pastor. Le voici qui continue de teaser son EP avec ‘Inertia’, un morceau qui reprend parfaitement sa lettre d’intention et sa formule entre électronique et orchestral. « Pour Inertia j’ai voulu travailler avec une structure et un beat assez club et des sonorités organiques (marimba, flûtes, violons, trombone, voix). L’idée était également de modifier les sonorités organiques au fur et à mesure de l’avancée du morceau pour qu’elles deviennent de plus en plus électroniques et que le morceau finisse sur une apothéose électronique-orchestrale » commente Douran.

‘Inertia’ s’accompagne également depuis aujourd’hui d’un remix confié à Gui Boratto. Le producteur brésilien qui navigue entre progressive house et techno minimale a notamment fait ses armes sur la bande-originale du film ‘La Cité de Dieu’ ou du côté du mythique label Kompakt. Avec cette relecture, le voici qui pose son empreinte musicale sur le titre original tout en respectant ce qui en faisait la force et la singularité.

Commentaires