Interview : Goose en direct de la soirée ‘Our Story’ de Tomorrowland | DJMAG France - Suisse - Belgique

Le groupe belge auteur du tube 'Synrise' était présent à Amsterdam pour participer à la grande soirée anniversaire de Tomorrowland.

Il y a quelques semaines, Tomorrowland fêtait ses 15 ans en grande pompe avec deux soirées évènement au cœur du Ziggo Dome à Amsterdam. L’occasion pour le festival de convier quelques-uns des artistes marquants de son histoire (Dimitri Vegas & Like Mike, Tiësto, Afrojack, etc.) pour réinterpréter leurs tubes en compagnie d’un orchestre symphonique. Parmi les invités de ce show intitulé ‘Our Story’, se trouvait aussi Goose. Passant aussi bien de live band au Dj-set, la formation belge s’est bâtie au fil des ans une véritable réputation sur scène. Avec sa musique tout en énergie qui vient mélanger électronique et rock (à l’image de leurs compatriotes de Soulwax) le groupe est aussi auteur du tube ‘Synrise’, devenu avec le temps l’un des morceaux emblématiques pour les festivaliers de Tomorrowland. C’est d’ailleurs ce titre phare que Goose est venu réinterpréter en compagnie du Metropole Orkest. A quelques instants de monter sur scène, nous avons pu rencontrer le groupe et parler avec eux de la soirée ‘Our Story’, de live et de leurs projets à venir.

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez appris que vous participerez à la soirée ‘Our Story’ ?

On doit avouer qu’on était très surpris mais aussi honorés. Tomorrowland nous a expliqué qu’ils nous avaient choisi parce que notre chanson ‘Synrise’ signifiait beaucoup pour le festival et pour son public. Et ça, c’est quelque chose dont on ne s’était pas forcement rendu compte. Cela fait très longtemps qu’on participe à Tomorrowland en tant que live band mais c’est seulement cet été qu’on a pu pour la première fois s’y produire en tant que DJs. Quand on a vu après qu’on était invité à jouer avec un orchestre, on s’est dit que ça pouvait vraiment marcher avec ‘Synrise’. Ce morceau a déjà au fond une atmosphère un peu symphonique. On a tout de suite vu qu’on pouvait faire quelque chose d’intéressant et de très créatif.

Est-ce qu’on ressent une pression particulière à jouer pour un tel évènement ?

Non pas vraiment, c’est surtout du plaisir. On avait même très hâte de faire les répétitions. On a travaillé quelques mois sur les arrangements avec l’orchestre pour savoir comment bien mélanger le morceau original et la musique symphonique. Une fois que nous avons obtenu la bonne version, nous avons fait une répétition et nous avons adoré le résultat. Ce qui est très réussi c’est que la version que nous jouons ce soir est très proche de l’originale. C’est l’originale mais avec plus de sonorités. Donc pour nous c’est vraiment un cadeau de pouvoir faire ça.

Le live est quelque chose de très important pour vous. Au moment de composer un morceau, est-ce que vous pensez déjà à comment il va sonner sur scène ?

Tout à fait. Dès que le morceau commence à prendre forme, on réfléchit déjà à comment on peut l’adapter en live. C’est un vrai test pour nous. Mais une fois que nous avons écrit une chanson et que nous commençons les répétitions, nous nous permettons aussi de changer les arrangements. Notre live doit être 100% live, nous n’avons pas d’ordinateur derrière nous. Donc on est parfois obligé de minimaliser certains arrangements pour avoir un vrai impact sur scène. L’impact c’est vraiment le plus important en live. Nous voulons une vraie interaction avec le public, pas qu’il soit juste là à nous regarder et dire que c’est bien.

A quoi ressemble votre processus de travail en studio ?

Parfois nous avons une idée en tête ou un thème que nous voulons aborder mais nous n’avons pas vraiment de règle. Nous écrivons à quatre mais séparément. Nous préparons des idées chacun dans notre coin et nous les finissons ensemble. La chanson ‘Synrise’ par exemple a vraiment commencé avec l’arpège. Dès qu’on l’a entendu dans nos écouteurs on s’est dit qu’on tenait quelque chose. Nous avons ensuite travaillé sur le rythme et après nous sommes passé à la mélodie vocale. Et ça a donné le morceau qu’on connait.

Vous avez débuté en tant que live band mais désormais vous vous essayés aussi au DJ-set. Qu’est-ce que cet exercice change pour vous ?

En ce moment on travaille sur de nouvelles productions et le DJ-set c’est génial pour lancer un morceau et voir directement les réactions du public. Ça nous permet de rester proches du dancefloor. Surtout qu’avec nos nouveaux titres nous sommes vraiment en train de retourner vers le son club. Donc c’est aussi pour ça que nous avons repris les DJ-sets. Mais Goose reste un groupe live. Si jamais on devait choisir entre DJ-set et live, on choisirait le coté live. C’est ce qui nous rend unique.

Quelle est la suite pour vous ?

Nous avons fait un remix pour un titre de Sander van Doorn sous son alias Purple Haze qui devrait sortir en novembre. Ce mois-ci il nous allons aussi sortir un nouveau morceau. On se sent vraiment bien en ce moment. Nous avons investi dans un nouveau studio donc maintenant on est un peu comme à la maison. On est à l’aise pour faire notre musique et il devrait avoir pas mal de nouveaux titres en 2020.

Articles en relation

Commentaires