Bientôt un mur autour du Burning Man ? | DJMAG France - Suisse - Belgique

L’administration Trump songe à imposer la construction d’un mur autour du Burning Man, évoquant des raisons sécuritaires et écologiques pour le moins discutables.

Après la frontière américano-mexicaine, c’est au tour du Burning Man de faire les frais de l’amour inconditionnel de Donald Trump pour les murs. S’appuyant sur un rapport du Bureau of Land Management (BLM), son administration songerait à faire emmurer le mythique festival américain. La raison ? Diminuer le risque qu’un véhicule ne force l’entrée du site. Autre motif invoqué : l’évaluation de l’impact écologique du festival. Une justification qui pose question, concernant un festival qui érige le respect de l’environnement en valeur sacrée. « Ne laisser aucune trace est sans aucun doute le principe le plus important du Burning Man », explique le festival sur son site, ajoutant : « Les burners sont environnementalistes. C’est notre nature ». La construction d’un mur de 16 km de long autour de Black Rock City, le nom de la ville éphémère qui émerge chaque année en août et forme le Burning Man, est évaluée à 20 milllions de dollars. Un coût laissé à la charge du festival… Ce dernier n’a pas tardé à répliquer, dénonçant l’impact écologique du projet, et le péril que celui ci représente pour sa pérennité, tant au niveau de ses finances que de son identité.

Depuis sa création il y a 30 ans, le Burning Man s’est imposé comme l’un des épicentres de la contre culture, faisant de la liberté et de la créativité des valeurs centrales. Si l’événement a fait de nombreux émules (à l’image du Nowhere, en Espagne), sa survie est plus que jamais en jeu. Le festival, en attente d’un permis de dix ans auprès du BLM, a demandé aux festivaliers de manifester leur mécontentement auprès de l’organisme. Espérons qu’il puisse ainsi retrouver son fief de Black Rock, dans le Nevada… Sans murs ni barrières.

Articles en relation

Commentaires