Interview : Joachim Garraud nous parle de UndGrdMusic | DJMAG France - Suisse - Belgique

On vous annonçait récemment le lancement de son nouveau label dédié à l’Underground… Joachim Garraud nous explique le pourquoi du comment !

Joachim Garraud démarre 2019 en créant UndGrdMusic, un nouveau label à classer entre Techno et House, qui signe un véritable retour aux sources pour le Français. L’occasion de voir avec lui ce que signifie le mot 'Underground' en 2019 et, surtout, découvrir ses nouvelles aspirations après presque 30 ans de carrière.


J’ai envie de laisser éclater mon envie de faire du son juste pour le plaisir de faire du son. 


A l’heure où la musique électronique est devenue mainstream, ça veut dire quoi être Underground en 2019 ?

Je me suis beaucoup posé la question avant de donner naissance à ce label. Je pense tout simplement que c’est, en ce qui me concerne, revenir à mes premiers amours et ne pas chercher l’exposition à tout prix. C’est-à-dire ne pas tenter de rentabiliser ou commercialiser à outrance les productions signées sur ce label. En clair, c’est faire de la musique pour soi, pour son plaisir, et partager avec des connaisseurs, voire une communauté si possible. Mais en aucun cas penser à faire de la musique pour des cibles ou pour un public prédéfini.

Penses-tu que la Techno puisse connaitre un succès populaire similaire à celui de l’EDM ces dernières années ?

Je ne pense pas... L’EDM a été accompagnée par une diffusion tous médias (FM, TV, etc). Le côté mainstream a vraiment été boosté par des médias qui ne relayeront pas la Techno. Je pense que la Techno est moins facile d’accès en terme artistique, donc forcement ça opère une sélection naturelle. Et c’est aussi ce que cherchent les gens qui sortent dans des évènements plus Techno : avoir la sensation de partager des choses avec un volet plus réduit et plus qualitatif.

Être Underground, c'est ne pas vouloir à tout prix rentabiliser ses productions.

Comme toi, de plus en plus de DJs souhaitent revenir aux sources, comment l’expliques-tu ?

La musique est cyclique. Là, on a un peu fait le tour, en tout cas moi en tant que producteur, de la musique électronique plus mainstream. Je m’ennuie terriblement et j’ai envie de laisser éclater mon envie de faire du son juste pour le plaisir de faire du son. Je pense aussi que beaucoup de DJs ont peut-être atteint un âge de raison qui fait qu’on se retourne plus facilement vers nos premiers amours. Parce que ces amours-là sont ceux qui durent, ce ne sont pas des amourettes.

DJ, producteur, patron de label, comment définirais-tu le Joachim Garraud millésime 2019 ?

Je me définirais comme un amoureux de la musique électronique, un musicien toujours autant passionné. Qu’il y ait une casquette de patron de label, de producteur, d’organisateur de festival ou d’artiste, peu importe. Je suis avant tout un passionné, à qui on pourrait coller une étiquette comme sur certains paquets de biscuits : "depuis la fin des années 80".

Qu’est-ce qui différencie ce nouveau label de tes précédentes expériences en la matière ?

A vrai dire,  je n’ai jamais eu de label semblable à UndGrdMusic. Je le lance en association avec Jango Music et il y a donc une vraie structure professionnelle derrière ce projet. J’avais déjà filé un coup de main à certains jeunes artistes via ZeMixx. Je les mettais sur scène à l’Elektric Park, par exemple. Mais là, c’est la première fois que je fais les choses avec sérieux, avec la meilleure distribution possible pour chaque titre et un choix artistique très précis. Je préfère avoir peu de références mais que chacune soit cohérente.

Articles en relation

Commentaires