Tête d'affiche de la prochaine soirée Animalz, le DJ et producteur canadien Snails a accepté de répondre à nos questions, de son amour pour la France et de son premier album, en passant par son état d'esprit artistique du moment...

Depuis ses premières apparitions sur Internet en 2012, Frédérik Durand a su percer intelligemment dans tout le milieu Bass jusqu’à imposer son alias SNAILS comme l’une des valeurs sûres de l’EDM. Son style hybride, parfois défini comme du ‘Vomitstep’, oscille entre Trap et Dubstep, avec une recette unique faite de sonorités grincantes, de tempos acharnés et d'un charisme indéniable. Snails n’est pas que proche des grandes figures de l’industrie comme Skrillex, Diplo ou encore Datsik, il travaille aussi avec passion et suscite aujourd’hui un engouement massif à l'échelle de la planète. Alors que son premier album, ‘The Shell’, s’apprête à sortir, la tête d'affiche de la prochaine soirée Animalz à Paris a pris le temps de répondre à nos questions...


Je crois que j'ai voulu créer ce style pour être un “anti-genre“, donc pour le fait que si tu aimes vraiment le Vomitstep, tu dois être aussi perché et fou que moi. 


Tu es plutôt en forme cette année : tu as sorti pas mal de titres avec différentes collaborations, et bientôt un album… Quelles ont été tes directives pour ce projet ?

J’ai commencé à travailler sur ce projet en décembre 2016 et, depuis ce jour, je n'ai pas arrêté de le peaufiner. En comptant les shows ainsi que l'album, disons que ce fut une année bien chargée mais je suis plus qu'heureux de voir que ça commence à payer enfin ! J’ai vraiment aimé le fait de voyager un peu partout pour me donner de l'inspiration sur l'album en général, que ce soit en Asie, en Australie ou en Europe.

La possibilité de faire un album dans le milieu Bass Music n’est pas donnée à tout le monde. Est-ce que cela représentait pour toi un palier nécessaire à franchir dans ton épanouissement professionnel et artistique ?

Personnellement, j'ai toujours voulu faire un album. Après avoir écouté celui de Justice et celui de Daft Punk, ça a eu beaucoup d'influence sur mon côté artistique et j'ai ainsi démarré ce projet l'année dernière. En effet, il n'y a pas beaucoup d'albums Bass Music, j’ai donc vraiment voulu diversifier ma musique ainsi que mon approche musicale pour celui-ci.

A quel point les jeux-vidéos influencent-ils ta musique  ?

J'ai toujours été influencé par des jeux vidéo de tout genre depuis que je suis petit. Et récemment, j'ai été très impacté par Warhammer 40,000, que ce soit par les styles de dessins, l'ambiance ou le monde dans lequel les personnages vivent. Puis j'ai créé l’univers de Sluggtopia avec mon festival de Red Rocks et, de ce fait, j’ai ainsi voulu rattacher tout ensemble pour créer ce monde bizarre et gluant qu’est “The Shell".

GIMME SOMETHING NASTYYY!! DATSIK

Posted by Snails on Tuesday, August 22, 2017

Cette année, tu as sorti un morceau avec KSHMR. Comment un adepte de la Bass Music violente comme toi collabore-t-il avec un producteur mainstream de la scène EDM / Big Room ?

Oui, j'étais moi-même très surpris mais je crois que l’alchimie s'est faite depuis le début avec Niles. C'est un producteur vraiment ouvert d'esprit et remarquable. Je trouve que la direction que l'on a eue sur la chanson a été très fluide et naturelle, je suis encore sous le choc d'avoir été capable de travailler une chanson avec lui car c’est quand même un vrai génie. J’ai définitivement appris beaucoup et je crois que le résultat s'est avéré très intéressant, vu le mix de styles opposés.

 

 


KSHMR est quand même un vrai génie !


Tu t’apprêtes à jouer à Animalz, la plus grosse soirée Bass Music de France, avec ton vieux pote Herobust (qui fait sa première en Europe). C’est génial de vous retrouver là tous les deux : comment appréhendes-tu ce show, et la Bass Music en Europe ?

J'ai beaucoup entendu parler de cette soirée et je suis très excité ! Pour moi, c’est toujours le paradis sur terre quand je me retrouve dans des soirées où les gens trashent et font des mosh pits. J'aime cette folie ! J'ai trop hâte de revenir voir mes cousins français !

Je crois savoir que tu adores la France, c'est vrai ?

Oui, la France est toujours dans mon cœur, tout le temps ! Et puis bon, les artistes français sont en grande forme. DJ Snake démolit tout et particulièrement avec sa performance sur l'Arc de Triomphe dernièrement. Le crew Pardon My French est très bon et il y a aussi mon ami Habstrakt ! Mais ouais, la France détonne toujours, de dingue !

On te connaît pour ton style hybride : cette année, qui du Trap ou du Dubstep l’emporte selon toi ? Et vers quelles tendances on se dirige pour 2018 ?

Je dois dire, à mon avis, que le dubstep remporte la palme d’or en 2017 avec le Riddim dirty et crasseux. Ça a vraiment explosé cette année et j’ai bien hâte de voir où tout cela va aller en 2018.

 

Quelles sont les valeurs que tu te tiens à préserver, en ces moments-ci ? 

Les valeurs qui me tiennent les plus à cœur sont la passion, l'accomplissement, l'ambition, l'audace et la sincérité ! Je crois que ce sont des notions qui sont nécessaires à la longévité d’une carrière dans le domaine de la musique. Mais la plus grande valeur à mes yeux concerne les fans qui me supportent et tout le Vomitsquad qui est à mes côtés depuis le premier jour. De même que ma famille et mes amis proches.

Au fait… Pourquoi ‘Snails’ et ‘Vomit’ à l'origine ?

Je crois que j'ai voulu créer ce style pour être un “anti-genre“, donc pour le fait que si tu aimes vraiment le Vomitstep, tu dois être aussi weird et fou que moi. C'est tellement un nom étrange, pas très beau et peu commun que les gens qui écoutent ma musique doivent vraiment être passionnés par le mouvement. Quand j'ai inventé cela, j'ai vraiment voulu cibler des personnes comme moi, passionnés et bizarres. Et voilà, maintenant, j'ai la plus belle communauté de fans que l'on pourrait demander.


Retrouvez SNAILS à la soirée Animalz ce Samedi 14 octobre 2017 aux Dock Pullman (Paris) avec Herobust, Delta Heavy, SKisM, Trampa, et beaucoup d'autres. Gagnez vos places sur facebook.com/djmagfr

Articles en relation

Artistes en relation

Commentaires