Zoom sur Burn Residency, le plus gros tremplin DJ international | DJMAG France - Suisse - Belgique

Chaque été, la Burn Residency agite le petit monde du deejaying en réunissant à Ibiza des candidats DJs venus des quatre coins de la planète. Nous étions à Ibiza pour rencontrer les ambassadeurs et heureux élus 2017...

Le principe de la Burn Residency est simple et commence sur le net : chaque prétendant upload son set sur Mixcloud avec l'objectif de faire partie des 26 candidats retenus. Après un ratissage opéré à l’issue de 4 jours de formation intensive, seuls 16 DJ’s – chacun représentant 1 pays différent – ont alors la chance de venir à Ibiza pour la suite de la compétition…

Soit un concours stimulant, dans un cadre fabuleux : il faut préciser en plus que le jeu en vaut la chandelle puisque le grand gagnant dispose d'un gain de 100000€ et d'une résidence de 5 semaines dans l'un des célèbres clubs d’Ibiza. Du concret, et de quoi lancer une carrière sur le long terme. L’année dernière, c'est le jeune Italien Lollino qui était sorti vainqueur. Il était donc cette année de l'autre côté avec les prestigieux ambassadeurs que sont Carl CoxPete Tong, LucianoLoco Dice et Seth Troxler... Un jury underground, ultra-crédible, qui donne tout le prestige à cette compétition unique en son genre. 

Fin Août, nous sommes donc allés voir par nous-mêmes comment la compétition se déroulait. On y a rencontré les 16 candidats, concentrés et tenus à d'intenses sessions de mix, à peine perturbés par la luxueuse villa mise à leur disposition. Un cadre paisible, silencieux et confortable, bien loin des clichés mirobolants qui collent tant à l'île blanche.

Le premier constat, c'est que la Burn Residency ne lésine pas sur les moyens. Les candidats, aux profils souvent atypiques, viennent du Brésil, de Russie, de Hongrie, de Turquie, d'Angleterre... Le mélange des cultures est d’ailleurs essentiel au bon développement des capacités de chacun. La France était cette année dignement représentée par Dualitic, qui est DJ résident au Kopa, un club situé à Saint-Étienne… Comme quoi, ce concours n'est pas abstrait, il est bel et bien possible d'y participer et d'accéder à la finale pour peu qu'on ait de la motivation et un brin de faire-valoir.

A notre arrivée à Ibiza, les prétendants étaient encore 16, mais le nombre s'est réduit de moitié le lendemain après concertation du jury selon certains critères (sélection musicale, technique de mix, charisme, etc...). Pour amortier le côté "cruel" de la compétition, Burn Residency a organisé une Boat Party ultra-branchée, avec la prestation à bord de Lollino et le DJ set surprise de Loco Dice, venu rejoindre la fête en zodiac. 

Encore un coup de maître de la part de Burn, qui soigne là l'image de marque de sa compétition, lancée au départ comme un simple bootcamp, en 2010. Depuis, la boisson énérgétique a accru sa présence d'été en été, avec son Burn studio et sa compétition internationale de DJs, tissant d'étroits liens avec l'élite du deejaying, de David Guetta à Carl Cox en passant par les jurés 2017 précédemment cités...

Le support et l’avis décisif de ces mentors est d'ailleurs l'atout majeur de la Burn Residency. Les conseils humains et attentionnés de maestros tels Carl Cox et Luciano sur les techniques de mix ou sur l’attitude à adopter sur scène n'ont évidemment pas de prix, même si ça ajoute au passage une pression légitime sur les épaules des DJ’s candidats, à nouveau triés sur le volet un jour plus tard. Il n’en restait alors plus que 3 !

Et la bonne nouvelle est que notre représentant français Dualitic (ci-dessus à droite) en faisait partie, retenu avec le Turc Furkan Kurt et l’Italien Lorenzo De Blanck. Ces trois-là ont donc été retenus pour passer un mois entier à Ibiza au rythme d'entraînements quotidiens afin d'acquérir le maximum de facultés pour s'affirmer comme un "grand" DJ.

À la fin du mois de Septembre, le grand vainqueur sera enfin désigné et il touchera alors son formidable gain tout en goûtant aux joies de la notoriété internationale ! 

Commentaires