Le festival Electrobeach en Bleu, Blanc, Rouge ! | DJMAG France - Suisse - Belgique

Le premier jour du festival Electrobeach a fièrement affiché les couleurs Bleu, Blanc, Rouge, avec un passage spectaculaire de la Patrouille de France en début de soirée...

En ce jour de fête nationale (14 juillet), le festival Electrobeach a revêtu les couleurs du drapeau tricolore avec en moment fort, vers 20h30, le passage de la Patrouille de France dans le ciel de Port-Barcarès... 

Il nous est évidemment difficile de rédiger cet article étant donné les tragiques événements de Nice survenus en fin de soirée.

Tout avait pourtant bien commencé à Electrobeach ce jeudi 14 juillet. Dès 17h, le public chaud bouillant bravait les rafales de vent pour manifester son enthousiasme sans limite pour l'EMF. 

Le vent, frais et violent, a pourtant posé des soucis aux organisateurs, contraints de ne pas installer l'énorme écran géant qui devait occuper le fond de la scène. Regrettable mais sage décision, vu comment les bourrasques de vent faisaient déjà osciller les colonnes d'enceintes de gauche à droite. La fête est vite montée en température au moment des sets du jeune australien Throttle (très disco et soulfu) et de Michael Calfan, qui a distillé un set très housy, véritable respiration musicale avant les sets de Tiësto et de son petit protégé Martin Garrix. Lors du set d'Eric Prydz, on a pu aussi se rendre compte que le public de l'EMF avait besoin de drops et de breaks pour vraiment manifester son enthousiasme. Alors forcément, la performance hypnotique, toute en longueur, du Suédois, n'a pas convaincu tout le monde, malgré une qualité d'exécution, un show visuel autour de lasers à couper le souffle et une musicalité vraiment brillante, même si étonamment Trancy par moments.
Et puis il y a eu aussi Martin Solveig, qui a fait part de sa joie de revenir sur la main stage d'Electrobeach, avec cette fois un set spécial puisqu'alimenté uniquement de titres 100% made in France. De quoi se rendre compte pendant 1 heure de la diversité et de la qualité du répertoire électro français. Après avoir ouvert sur le mythique 'Never Be Alone' de Justice vs Simian, Martin Solveig a mélangé ses propres productions à celles de David Guetta, DJ Snake, Kungs, The Avener, M83, Daft Punk, et même Shiba San, preuve que ce set d'1h a proposé un vrai tour de manège musical. Aussi remuant que celui à disposition des festivaliers cette année, à droite de la scène...

Très attendus par le public, les sets de Tiësto et Garrix ont confirmé que l'énergie Big Room était toujours la plus appréciée par la majorité des participants à Electrobeach. 

Pour sa première apparition sur la scène du festival français, Martin Garrix n'a pas pris de risques au niveau de sa programmation, incorporant même son premier tube 'Animals' dans son set. Avant chaque drop, les 4,3,2,1 du Hollandais ont électrisé le jeune public, bien qu'un peu assomé par l'attentat de Nice apparu en notification sur nos smartphones... En début de set, Martin Garrix a fait monter sur scène Tiësto à ses côtés, s'emparant ensemble du drapeau français, pour une énième belle image tricolore. Pendant son set, le jeune Hollandais a également invité le DJ-producteur français Florian Picasso à ses côtés au moment de jouer l'une de leur dernières collaborations. 

 

Une vidéo publiée par DJMAGFR (@djmagfr) le


Avec environ 50000 personnes, ce premier jour d'Electrobeach a été une réussite, même si la nouveauté du chapiteau techno n'a pas attiré beaucoup de connaisseurs au moment du set de Luciano

Déjà très sécurisé, le festival s'apprête à renforcer la présence policière et militaire suite à l'attaque de Nice hier soir. Quant au vent, il risque de souffler encore très fort aujourd'hui, ne permettant probablement pas son installation. 

D'ores et déjà, cette édition 2016 d'Electrobeach est particulière, avec un partage entre émotions réjouissantes et frustrations, dans un contexte forcément peu propice à faire la fête. Les DJ's de ce jour 2 (David Guetta, Robin Schulz, Axwell & Ingrosso, Sven Väth, Mosimann, Klosman...) devront donc redoubler d'efforts pour nous faire oublier le poids de notre tristesse ambiante. 

Photos : Anthony Ghnassia

Articles en relation

Commentaires