Focus : Andrea Oliva | DJMAG France - Suisse - Belgique

Andrea Oliva est le résident star des soirées Ants à l'Ushuaïa Ibiza. Il vient aussi de sortir son premier album studio sur le label Objektivity de Dennis Ferrer... Portrait !

Au moment de la sortie de son premier album, beaucoup d'observateurs ont découvert qu'Andrea Oliva a un peu le même parcours que son mentor Luciano. Originaire du Chili, c'est en Suisse, à Bâle, que ce DJ-producteur a fait ses armes en tant que DJ résident et disquaire, avant de se lancer lui-même dans la course.

DJ depuis l'âge de 16 ans, c'est grâce à ses résidences pour Terminus et Pravda que sa carrière a décollé, tournée désormais vers l'international, avec Ibiza comme nouveau QG. En effet, Andrea Oliva est devenu l'une des nouvelles figures montantes de l'île en tant que résident du concept Ants à l'Ushuaïa.

Depuis trois ans, il est ainsi adulé par de nombreux aficionados comme l'un des meilleurs DJ's underground en activité. Pourtant, en 2004, c'est sur le label suédois Joia, tenu par l'oncle de Sebastian Ingrosso, qu'il a débuté sa discographie. Plus tard, il sera amené à signer avec des labels underground de première qualité dont Cadenza bien sûr, mais aussi les labels de Steve Lawler (Viva Music), Nic Fanciulli (Saved Records), Shlomi Aber (Be As One) et Luca Bacchetti (Hideout).

En 2012, il s'est montré à deux reprises dans le top 10 Beatport, prouvant ainsi ses progrès en tant que producteur. Il vient donc de sortir son premier album '4313' sur le label Objektivity de Dennis Ferrer. 12 titres House premier cru, avec quelques collaborations bien senties. Son compatriote Jimi Jules à deux reprises, la chanteuse française Moggli et aussi Fritz Helder sur l'excellent 'Turn Off The Dawn'.

Parfois mélancolique, souvent ensoleillé, cet album offre une vision sans concession de la House Music à ses meilleures heures.

J'ai laissé libre court à la spontanéité et au plaisir lors de la production de cet album. Je ne voulais pas suivre la hype ou je ne sais quelle mode. Je voulais juste être en studio et m'exprimer aux côtés des musiciens qui étaient à mes côtés.

Du coup, chaque titre est assez différent l'un de l'autre, ce qui offre un voyage tout en relief, aux confins de la techno et de la house, avec une très belle musicalité. Nul doute que ce premier album amplifiera encore plus le buzz autour de lui.

L'été dernier, Andrea Oliva a délivré plus de 70 mixes en trois mois, invité par des festivals grandioses comme Extrema Outdoor, Tomorrowland, Sonus, Electric Zoo ou We Are Fstvl. Au printemps dernier, il a découvert Coachella pour la première fois, bien loin de l'ambiance du DC10, du Panorama Berlin ou bien même du petit club Nordsten de Bâle, où il a encore ses habitudes.

Personnage attachant et passionné, le Suisse fait maintenant partie des noms incontournables de la scène House internationale, 11 ans après son premier mix au Space Ibiza.

 

Articles en relation

Commentaires