Electrobeach Festival, premier jour (#EMF2015) | DJMAG France - Suisse - Belgique

Le festival Electrobeach a débuté ce vendredi 10 Juillet. Nous y étions, forcément !

Vendredi 10 juillet, Port-Barcarès. Au lendemain de notre Pool Party DJ Mag, le festival Electrobeach a ouvert ses portes avec une petite heure de retard, vers 15h, après que les derniers préparatifs aient été réglés sur l'énorme scène dressée face au paquebot Le Lydia, transformé pour la première fois en un espace VIP panoramique à la vue imprenable. 


Suivez le jour 2 et le jour 3 en live sur notre compte Twitter et Instagram


Devant les portes, c'est la cohue, avec des hordes de jeunes festivaliers déjà bouillonnants, au sens propre comme au sens figuré. Une fois à l'intérieur, d'énormes files d'attente se forment devant les Beach Bar, en nombre insuffisant devant un tel afflux. Cette année, les consommations se payent en effet en monnaie EMF. Cette nouveauté, qui devait faciliter la vie des organisateurs et des festivaliers, s'est vite transformée en une frustration totale. Déjà, les clients n'avaient pas pu créditer leur compte en amont suite à des problèmes d'ordre technique. Et sur place, l'attente interminable est venue pour beaucoup gâcher 1 à 2 heures de la journée. Premier couac regrettable, même si l'ambiance sur place n'en a pas été trop altérée grâce au bon état d'esprit général qui règne ici. 

Encore plus haute que lors des précédentes éditions, la Main Stage et ses échaffaudages impressionnants a dû attendre le coucher de soleil pour dévoiler tous ses attributs visuels. Deux écrans LED géants de chaque côté, en hauteur, et un écran central gigantesque, ont projeté les visuels des VJ's et les images de la captation Live. Avec les vibrations des basses et la forte chaleur, les écrans verticaux ont eu du mal en milieu d'après-midi, incitant les techniciens à faire des ajustements de dernière minute pour supprimer les barres noires de pixels très gênantes sur les images projetées.

Tous les DJ's ont joué le jeu de la retransmission Live, y compris Avicii, qui a clôturé ce premier soir avec un set alimenté par bon nombre de ses tubes récents et anciens ('Fade Into Darkness', par exemple). Après la performance big room explosive de Dimitri Vegas & Like Mike, le Suédois a eu du mal à maintenir la tension, lui-même apparemment un peu éprouvé à l'écran. Il faut dire que les frères belges ont, comme à leur habitude, livré un set tout en relief, avec des drops de 30 secondes entrecoupés de breaks hip-hop (dont beaucoup extraits de la bande son de Fast and Furious) ou pop. Leur set a pris la forme d'une sorte de montagne russe qui a secoué le dancefloor à base de kicks hardstyle et de synthés agressifs. Coeur de cible, le duo était très attendu par le public, il n'a pas déçu. L'énergie était vraiment incroyable, avec des jeunes friands de l'ambiance du festival Tomorrowland dont le duo est devenu l'ambassadeur n°1. Musicalement, on était loin de la fluidité et de l'audace de Madeon, qui était ici présent en mode DJ set, avec un réel enthousiasme aux platines. Pour DV & LM, le show était millimétré, rythmé par les break down, les sittings géants et les "Put your Fu**ing hands up" (abusifs) de Like Mike. 

Plus tôt dans la soirée, les soeurs Nervo n'ont finalement pas eu à concurrencer Robin Schulz annoncé comme la tête d'affiche de la Beach Stage, située de l'autre côté du paquebot, face à la mer. En dernière minute, l'Allemand n'a pas fait le déplacement jusqu'à Port-Barcarès, remplacé à la volée par le DJ français Hugel, dont le premier single 'Coming Home' est par ailleurs signé sur le label (Tonspiel) qui a révélé Schulz. Nettement plus petite, cette seconde scène placée entre le paquebot et la plage, n'a pas connu une grosse fréquentation, avec environ 500 personnes contre les 30000 face à la main stage. Michael Calfan a pourtant livré un excellent set. L'auteur du tube 'Treasured Soul', entendu tout l'après-midi dans quasiment chaque DJ set, a joué une House bien groovy et peu mainstream, parfaitement adaptée au cadre et à l'ambiance. En bonus, son petit hommage à Michel Berger a fini de convaincre ses fans. Avant lui, Breakbot et Irfane se sont livrés à un ping-pong frais et funky, sans stress, dans la lignée de celui d'Uppermost, plus tôt dans l'après-midi.

Côté Main Stage, on retiendra que Matisse & Sadko, Otto Knows et Kaskade ont eu beaucoup plus de mal à soulever la foule, certainement accablée par le soieil de plomb et la chaleur pesante de la fin d'après-midi. On retiendra donc de ce premier soir que l'affluence est déjà au rendez-vous de cette édition 2015, avec un public jeune, voire très jeune, prêt à faire la fête avec l'intensité la plus maximale qui soit. 

Articles en relation

Vidéos en relation

Artistes en relation

Commentaires