Tiësto, Clean Bandit et Aphex Twin remportent un Grammy Award... | DJMAG France - Suisse - Belgique

Mis à part Sam Smith, Beyoncé, Pharrell Williams et Beck, les musiques électroniques ont elle aussi été récompensées lors des Grammy Awards la nuit dernière...

Et le premier enseignement de cette nouvelle cérémonie des prestigieux Grammy Awards, c'est la récompense de l'audace et de la créativité après des années de conformisme nauséabond. A l'image du génial Beck, qui a remporté le prix du Meilleur Album de l'année face à des concurrents nettement plus calibrés pour les radios et le grand public (Beyoncé, Sam Smith, Pharrell Williams...). Mais, surtout, à l'image d'Aphex Twin (notre photo), sacré dans la catégorie Meilleur Album de Musiques Electroniques, face à Deadmau5, Little Dragon, Royksopp (pour son projet commun avec Robyn) et Mat Zo. Le trublion écossais, génie hybride et expérimental, est une légende vivante des musiques électroniques dans tout ce qu'elles ont de plus insaisissable. Le voir ainsi rafler le Grammy Award du meilleur album est presque une absurdité, un contre-sens artistique quand on connaît sa philosophie musicale et son obsession de l'expérimentation.

En effet, son album 'Syro' nécessite un haut niveau d'exigence et une acuité toute particulière. Ce n'est pas le genre d'album qu'on écoute en tout confort. C'est risqué, surprenant, par moments à la limite de l'inaudible. Voir un tel travail récompensé par une institution aussi académique que celle des Grammy Awards est donc signe que les temps changent. Peut-être qu'enfin les artistes hors circuit, sans étiquette, libéré de toute pression financière, désintéressé par toute forme de célébrité, pourront être mis en lumière et remporter de tels Awards. La victoire d'Aphex Twin est un heureux symbole, surtout à l'heure du business EDM et du star-deejaying...

Dans la catégorie du meilleur titre de musiques électroniques, c'est - assez logiquement - Clean Bandit qui est sorti gagnant. Les britanniques ont ainsi devancé Basement Jaxx, Duke Dumont, Disclosure feat. Mary J Blige et l'étonnant ZHU.

Pour ce qui est des remixes, la lutte s'annonçait serrée entre la révélation Robin Schulz et le jeune américain Audien. Ces deux-là ont affiché en 2014 des dizaines de millions de vues pour leurs remixes respectifs mais c'est ce vieux briscard de Tiësto qui les a coiffé sur le poteau. Le vétéran hollandais a été récompensé pour son remix de John Legend 'All of Me'. Il faut dire que la version originale de ce titre a été la plus écoutée de l'année sur les plateformes de streaming aux Etats-Unis. 

On retrouve donc là la logique inhérente des Grammy Awards... Celle qui vise avant tout à récompenser les artistes qui ont le plus grand succès populaire au détriment de ceux qui ont le plus de talent..

Articles en relation

Vidéos en relation

Artistes en relation

Commentaires