Qui se cache derrière I Love Techno ? | DJMAG France - Suisse - Belgique

A moins de 2 semaines de la 4ème édition française d'I Love Techno à Montpellier, nous avons rencontré Roel Vergauwen, l'homme qui se cache derrière le célèbre festival belge...

Nous avons rencontré Roel Vergauwen à Gand le 8 Novembre dernier. Il est l’organisateur d’I Love Techno depuis de longues années. A moins de 2 semaines de l'édition 2014 à Montpellier, il nous en dit plus sur l'esprit "I Love Techno"...

Comment expliques-tu l'énorme pouvoir de séduction d’I Love Techno auprès des DJ's ? Quel est votre plus bel atout ?

Historiquement, c’est l’un des premiers grands festivals d’Europe, depuis 1995. Cela reste une marque très forte. Nous prenons le plus grand soin pour traiter au mieux les artistes et DJ's avec lesquels nous collaborons. Ils apprécient notre sérieux. Nous travaillons également avec eux toute l’année sur d’autres évènements, le résultat est que la confiance et la fidélité sont au rendez-vous.

‘L’esprit techno c’est aussi l’esprit d’innovation’

N’y a t’il pas aujourd’hui trop de festivals ? Comment ILT évolue pour rester dans la course ?

A un moment donné, cela va s’équilibrer et se tasser. Cette année, nous avons fait le choix de ne pas faire d'EDM. Je n’ai rien contre mais l’édition 2014 est un retour aux bases. Un festival doit se renouveler et évoluer. L’esprit techno, c’est aussi l’esprit d’innovation. Un festival doit aussi refléter les évolutions dans les musiques électroniques et c'est ce que l’on a fait il y a 10 ans avec la tendance électro. Aujourd’hui, l’EDM en fait partie d’un côté, mais il faut également penser aux autres courants.

Les classements type "TOP100 DJs" sont-ils pour vous une référence dans vos choix de bookings ?

C’est un indicateur pour certains festivals et le reflet des goûts d'un certain nombre de fans. Il y a également d’autres classements qui existent et chaque média pourrait avoir le sien. Il serait alors représentatif de ses propres lecteurs. Le problème est que les médias prennent ce TOP100 comme la référence mondiale, alors que c'est simplement une référence pour un certain public, amateur de certains styles de musiques.

Quel est selon toi l’artiste le qui a fait le plus sensation lors de cette édition 2014 à Gand ?

Ten Walls ! C’est l’un des artistes qui va encore le plus évoluer. J’adore ses productions et son Live. Le back 2 back entre Gesaffelstein et Brodinski valait aussi le détour.

Justement, il y a eu plusieurs B2B cette année, c'est la nouvelle tendance pour un festival comme le vôtre ? 

Avec Boys Noize, nous avons beaucoup échangé pour construire ensemble le line-up de cette édition. De fil en aiguille, l’idée de B2B a vite émergé. Les DJ's ne font pas ça souvent et le faire spécialement pour ILT est un grand plaisir pour eux.

Comment expliques-tu la baisse de fréquentation de cette édition ?

On parle de 28 000 clubbers cette année, comparé à 30 000 l’année dernière. Il y a beaucoup d’événements et de festivals qui se créent à travers le monde. Il y a l'effet de crise, toujours présente, sans oublier l’édition française qui marche très bien. Ces différentes raisons expliquent en grande partie notre léger recul à Gand...

Propos recueillis par David Guedes


I Love Techno à Montpellier le 13/12 !

Depuis 4 ans, Live Nation exporte le concept belge d'I Love Techno avec succès dans le sud de la France. Cette année, on retrouvera beaucoup d'artistes présents à Gand le 8 Novembre dernier. Paul Kalkbrenner, Jeff Mills, Vitalic (DJ set), Duke Dumont. Mais aussi Laurent Garnier, Gesaffelstein, Tale Of Us, Len Faki, Borgore, Worakls (live), N'To, Alesia (live), Bambounou b2b French Fries, Andy C... Infos sur www.ilovetechnofrance.fr.  

Commentaires