Boombox Cartel ‘Cartel’ (Mad Decent)

Boombox Cartel ‘Cartel’ (Mad Decent)

L'avis de la rédaction

Après leur hit ‘B2U’ en 2015, Boombox Cartel s’est vu pousser des ailes, accédant alors à la renommée internationale au sein du milieu bass music populaire. De nombreux tracks à succès plus tard, dont une signature chez Spinnin’ avec le single ‘Colors’, le duo mexicain aujourd’hui basé à Los Angeles vient de sortir premier maxi ‘Cartel’.

Le style de Boombox Cartel est décidément intéressant à étudier. Fort d’une patte artistique unique, le groupe est souvent à mi-chemin entre une Future Bass colorée et un Trap explosif aux sonorités métalliques. Avec ‘Cartel’, les deux artistes ont décidé de s’illustrer dans les deux registres tout en gardant la main mise sur le côté festif et violent.

Le track d’ouverture, ‘Phoenix’, démarre en douceur avec une introduction élégante, couplée d’une montée en puissance progressive avant de déboucher sur une mélodie flamboyante. La rythmique typiquement inspirée de la drum and bass fait son petit effet : la transition au deuxième morceau s'applique cependant dans la douceur et la fluidité - un joli point travaillé de l’EP ! – pour mieux arriver sur le drop tabassant de ‘Jefe’.

Morceau déjà sorti il y a quelques temps, on se plait toujours autant à rebondir sur ses phases ultra-dynamiques et ses synthés distordus, propres à Boombox Cartel.

Cette première claque passée – s’étalant donc sur deux musiques parfaitement transitées – l’EP annonce sa deuxième partie avec le connu ‘Alamo’, qui accueille cette fois-ci de premiers doux vocaux. Bien sûr, cette vague de finesse présage une retombée tout aussi efficace, avec un drop aux échos aigus et lacérés. On regrettera cependant que la deuxième vague soit plus hachée et plus plate.

‘Dem Fraid’, en featuring avec le reggaeman Taranchyla, est quant à lui l’une des très bonnes surprises de ce récent projet. Contrairement aux pistes précédentes, celui-ci s’annonce tout neuf et ne fait clairement pas dans la dentelle. Voix groovy, build-up maitrisé et drop éclatant permettent une brillante festivité auditive. Un véritable délice, toujours dans les codes sonores de Boombox Cartel, qui précède le cinquième et dernier morceau ‘Widdit’.

Produit avec l’étoile montante QUIX avec qui les mexicains avaient déjà travaillé sur le hit ‘Supernatural’ en 2016, on retrouve là tout le style de chaque compositeur pour un résultat explosif. Synthés tordus, métalliques et rythme lourdement imposant permettent une certaine ambiance dark, pourtant parfois contrebalancé par les nappes rêveuses et planantes typiques de Boombox Cartel.

Au final, nous avons là un premier EP réellement convainquant, explosif, mettant un pied autant dans le matraquage festif que dans des mélodies contemplatives. Beau succès pour le groupe qui confirme bien son ascension dans le monde de la scène électronique !

Commentaires

Partager

Publicité