La Sacem a présenté de nombreuses statistiques sur les discothèques françaises hier à l'occasion de son colloque "Pour que Vive La Nuit"…

A l'occasion de son colloque "Pour que Vive La Nuit" organisé hier à Paris, la Sacem a dévoilé de nombreuses statistiques sur les discothèques françaises. Le premier chiffre à retenir, c'est le nombre de discothèques en activité. Même si ce chiffre varie selon les sources, la Sacem l'estime à 2000 sur l'année 2013. Soit 2 fois moins qu'il y a 30 ans, avec une accélération du nombre de fermetures ces 3 dernières années. Sur le territoire national, la répartition est assez inégale. Les régions Rhône-Alpes, Ouest et Sud-Ouest sont celles qui accueillent le plus d'établissements. 

Les discothèques, un vecteur économique 

Le chiffre d'affaires moyen d'une discothèque française est de 440 000€ mais 31% des discothèques françaises réalisent moins de 150 000€ de C.A à l'année. Sans surprise, 60% des établissements n'ouvrent que 2 à 3 jours par semaine en moyenne, avec une capacité d'accueil moyenne de 426 places seulement. 62% des discothèques de l'hexagone ont donc une capacité comprise entre 200 et 1000 places. 

Au niveau de la répartition des droits d'auteur, la Sacem a rappelé que les discothèques ont reversé l'équivalent de 25,8 millions d'euros de droits sur une valeur totale en 2013 de 673,8 millions d'euros. Environ 16 120 auteurs-compositeurs ont ainsi reçu des droits d'auteurs en 2013 pour la diffusion de leurs oeuvres dans les discothèques, mais seuls 44% d'entre eux sont membres de la Sacem, contre 56% d'étrangers. 

Vitalité et variété musicale ? 

C'est l'institut Yacast qui a la charge de sonder les discothèques françaises afin d'établir les statistiques de diffusions par genre, notamment. Pour ce faire, un panel d'une centaine d'établissements "représentatifs" est observé chaque semaine. En 2013, la Dance arrive toujours en tête avec 37% des titres joués, devant la variété/chanson française à hauteur de 24%. Un article paru ce mardi dans le journal Le Parisien décriait d'ailleurs la prédominance des grands classiques de la chanson française dans les discothèques françaises. Des titres comme 'Où sont les femmes', 'Les Sunlights des tropiques', 'Les démons de minuit', 'Alexandrie Alexandra', 'Born to be alive', etc... Tous figurent encore dans le top 20 des titres les plus diffusés en discothèques sur l'année 2012 ! De plus, tous les titres "soleil" chantés en français (Moussier Tombola, Keen V, Lucenzo, Collectif Métissé, etc...) sont aussi classés en chanson française et non pas en "zouk-soleil". Sur les 130 titres les plus diffusés en discothèques en 2013, seuls 9% sont classés en "Musiques électroniques"

De son côté, la Sacem souligne malgré tout que 62% des 50 titres les plus diffusés en discothèques en 2012 avaient moins de 2 ans, tout comme 21 000 oeuvres (tous pays et tous genres confondus) ont généré des droits d'auteur en 2013. Soit une définition des discothèques comme des lieux garants de vitalité et de variété. 

La Sacem s'adresse aux DJ's

La Sacem a également profité du colloque d'hier pour présenter son nouveau service dédié aux DJ's résidents des clubs français. Il s'agit d'un accès exclusif et gratuit au service Muzicenter de Yacast, qui permet d’écouter et de télécharger les nouveautés musicales en avant-première et en toute légalité. La Sacem et Muzicast dynamitent en quelque sorte la bonne vieille "Promo Club" avec ce service dématérialisé et à la pointe. Les DJ's qui en font la demande (par mail : muzicenter@sacem.fr) pourront ainsi accéder facilement aux nouveautés de 200 maisons de disques (majors et indépendants). Au passage, cette opération séduction devrait permettre une réévaluation statistique du nombre réel de DJ's professionnels sur le terrain. 

Commentaires