Notre envoyé spécial Micke Gomes nous raconte son expérience au Movement Festival, organisé sur deux soirs à Turin fin Octobre en présence du pionnier de la Techno, Derrick May...

Le Movement Festival de Turin (en Italie), petit frère du célèbre festival de Detroit, s’est installé fin octobre pour deux nuits de fête au coeur du Piémont italien. Avec un line-up digne de son statut, parmi les meilleurs festivals Underground internationaux... Au programme, les légendes Derrick May, Lil’Louis, Sven Väth ou encore Jeff Mills, accompagnés par ceux qui squattent encore aujourd’hui les charts Techno et House tels qu’Apollonia, Recondite et Chris Liebing. Voici notre récit !

On débarque dans la ville qui a vu naître la marque de voiture Fiat mais aussi le Martini. Deux univers qui ne collent pas bien ensemble, vous en conviendrez. C’est d’ailleurs au coeur du Lingotto Fiere, ancienne usine de la marque Fiat que se déroule le festival, le 28 et le 31 Octobre. Ce lieu offre des espaces Indoor & Outdoor assez larges pour profiter au mieux de l'événement. Pour la première soirée, trois scènes accueillent du lourd. La Techno Stage, avec Monika Kruse, Jeff Mills ou Marcel Fengler. La Burn Stage est quant à elle prisée des aficionados de House, avec une programmation assez intéressante sur la première journée : Luciano, Recondite, Nic Fanciulli et Apollonia s’enchaînent de minuit à 6h. Pour clôturer le tour des scènes, on passe forcément par le Jägermusic Lab emmené par Lil’Louis, Denis Sulta et Patrick Topping.

 

 

Peu de chances d’être déçu au vu de la diversité et de la qualité musicale de cette première soirée. Nous ne l’avons pas été. La scène Techno nous a offert un DJ set stratosphérique de Monika Kruse avec une techno variée et finement sélectionnée qui a ravi le plus grand nombre. On a aussi apprécié la performance remarquée de Nic Fanciulli avec un set bien plus énervé et plus froid que d'habitude. Quant à la performance mélodique et ravissante de Lil’Louis pendant plus de 3 heures, elle a donné le sourire à de nombreux festivaliers.

Entre le 28 et le 31 Octobre, deux jours de libre. Mais bien évidemment, le festival a pensé à ceux qui s’ennuyaient. Et pour ce faire, une soirée avec San Proper était planifiée au Milk, un club du centre de Turin. Un All Night Long qui avait de la gueule. Une House bien disposée, des passages Disco pour ravir tous les publics et une Techno bien agressive pour clôturer le tout. De quoi nous mettre en jambes pour le Day 2 du Movement.

Pour la deuxième journée de festival, les organisateurs ont rajouté une scène et redécoré les trois autres. On reconnaît là le sens du détail et la force logistique des plus gros promoteurs... Veille de jour férié oblige, le public, majoritairement local, est venu en masse. Au programme sur les 4 scènes : Nicole Moudaber, Sbtrkt, Derrick May, Sam Paganini, Len Faki, Sonja Moonear, RPR Sound… Parmi les sets remarqués de cette deuxième et dernière journée, on a relevé la performance plus que qualitative de Derrick May, pionnier incontestable de la Techno. Le natif de Detroit, qui connaît donc les créateurs du festival, a ravi pendant plus de 3 heures des milliers de fans. Il a offert un voyage entre une Techno froide, résonnante et des sonorités plus enjouées. On a aussi validé le set de Sven Väth sur la scène principale. L'Allemand a enchaîné cartouche sur cartouche, comme il en a l’habitude. Autre performance de qualité, bien que peu suivie au vu de l’heure de passage légèrement précoce, le DJ set de SBTRKT, parsemée de titres House et de sonorités plus Pop, voire Hip-Hop.

Globalement, nous retenons de très belles performances, accompagnées par un public jeune mais qui semblait connaisseur et enthousiaste de recevoir de telles stars dans sa ville. La scénographie toute en LED et les jeux de lumières, en plus de la qualité sonore constatée sur l’ensemble des scène, ont fait beaucoup d'effet. Proche de notre frontière, ce festival a de quoi vous convaincre, d'autant plus que les tarifs restent bien attractifs. Pensez-y !

Articles en relation

Commentaires