A 1 semaine de l'édition 2017 de l'Electrobeach Festival, le directeur du festival Silvain Berreteaga répond à nos questions et nous dévoile les nouveautés à venir...

Le festival Electrobeach démarre le 13 juillet 2017 et le montage va déjà bon train du côté de Port-Barcarès. Nous avons posé quelques questions à Silvain Berreteaga, le directeur du festival, afin d'en savoir un peu plus sur ce qui nous attend sur place...


Certains effets spéciaux de la main stage seront utilisés pour la première fois en Europe pendant l'Electrobeach.


Quelles ont été vos priorités en terme de nouveautés pour cette édition 2017 ?

Le premier objectif était de diversifier les artistes présents sur la scène principale. Ces dernières années, nous entendions trop de fois les mêmes titres joués par les artistes et je trouve que cela était dommage. Nous avons donc procédé à une évolution de la programmation, notamment dans les premières heures du festival. Toujours d'un point de vue musical, nous avons souhaité renforcer l'image du festival en rajoutant une scène représentant le Hardstyle, tout en améliorant la programmation de la scène Techno. L'autre priorité, c'est l'accueil des festivaliers, avec de nombreux changements.

Justement, qu'avez-vous prévu pour encore améliorer l'expérience que vous comptez offrir aux festivaliers ?

Nous avons fait évoluer tout l'accès au festival avec maintenant deux zones. Une zone libre où les personnes entrent dans un périmètre sécurisé (Avenue du Roussillon) avec le nouvel emplacement de la zone food truck et le box office. Il y aura un accès au Nord et un au Sud avec un contrôle d'accès permanent durant 5 jours. Dans le festival, un nouveau service de restauration est mis en place dans un nouvel espace, de nouveaux bars et de nouvelles animations. Nouveauté de cette édition, l'ensemble des festivaliers auront accès au Lydia, les VIP de manière illimité comme chaque année, pour les autres festivaliers, ils pourront maintenant accéder au Lydia en payant leur accès directement sur place. Du côté du camping GreenBeach, ,nous avons aussi de nombreuses nouveautés avec un espace restauration et détente.

Maintenant que l'EMF figure dans le top 5 des festivals français les plus fréquentés, ressentez-vous plus de pression en tant qu'organisateurs, du côté des administrations et des médias grand public, par exemple ?

En ce qui concerne les différentes administrations, nous tissons des relations très fortes année après année. Elles sont totalement impliqués à nos côtés dans l'organisation du festival. Cette relation est une force pour le festival car nous nous comprenons beaucoup mieux et ainsi pouvons donner les réponses les plus adaptées, il n'y a donc aucune pression de ce côté-là.

Il n'y a jamais eu autant d'artistes bookés sur le festival, avec 4 scènes mises en place cette année. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant d'annoncer la scène Hardstyle ?

La quatrième scène était déjà en projet depuis l'hiver, nous attendions de savoir si nous allions aménager de nouveaux espaces dans le festival pour pouvoir l'installer. En déplaçant l'espace de restauration, nous avons gagné un nouvel espace. Nous avons déplacé la "BeachStage" à cet ancien espace et cette nouvelle scène sera installée derrière le Lydia, face à la mer.

Est-ce que n'est pas risqué de devoir gérer autant d'artistes aux profils aussi variés (EDM, techno, hardstyle, Trap...) ?

Les artistes jouent des styles de musique différents mais ils ont les mêmes besoins. Leur accueil sur le festival n'est pas risqué mais la logistique est un peu plus complexe. Au regard de la programmation, on note une volonté assumée de diversifier les DJ sets et Live de la main stage.

L'objectif était de ne pas vous enfermer dans une seule et même identité artistique ?

Le festival est très jeune, nous grandissons. L'évolution de la programmation répond à ces changements. L'objectif est d'avoir une évolution musicale pendant le festival et ainsi offrir aux festivaliers la meilleure expérience possible sans écouter trop de fois les mêmes titres. Nous avons vu trop d'articles dans la presse comptabilisant les titres les plus joués et nous trouvons dommage d'entendre jusqu'à 15 fois certains titres en 3 jours. La scène principale est là pour offrir une plus grande diversité et les autres scènes sont vouées à offrir un style bien défini.

En quelques mots, pouvez-vous nous décrire la main stage de cette année ?

Technologique ! La base est identique à l'année dernière mais nous avons considérablement amélioré l'apport technologique de la scène, avec plus de lumières, de lasers, d'écrans vidéo et de nouveaux effets spéciaux dont certains seront utilisés pour la première fois en Europe.

Photo : Anthony Ghnassia

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires